dimanche 11 janvier 2009

La voie du Soapland - Prositution made in Japan




La majorité des établissements offrant des services "adultes" au Japon aligne généralement des femmes (jeunes) dans le but de flirter. Comme je 'ai mentionné dans un autre message, les hommes japonais ont une peur bleue de la pénétration, qu'ils n'osent même pas pratiquer avec leurs femmes (celles qu'ils ont marié, j'entends). Mais il exsite quelques exceptions, bien entendu. La plus connue étant le soapland (ソープランド). Les soapland offrent des services strictment sexuels. Les femmes qui y travaillent sont généralement plus âgées et expérimentées; il n'y a pas de travailleuses à mi-temps ou d'étudiantes qui avalent pour du Louis Vuitton. Le soapland est une maison close. Un vieux rabatteur se trouve généralement à l'entrée; il guette et attire les clients. Son aspect est généralement glauque et le Tengu trouve qu'une telle enseigne aurait tendance à faire fuir le chaland. Tout est toujours très calme autour des soapland; la furtivité du client tranche avec la bonne humeur avinée des groupes qui se rendent aux Fashion Health. Le client est venu pour tirer son coup, il n'est pas là pour s'amuser.

Un service offert dans un soapland s'organise de la manière suivante: le client passe à un guichet, paie (les sommes varient entre 14'000 et 20'000 pour environ une heure). On lui passe le numéro de la chambre. La chambre est une vaste salle de bain. Le client se baigne avec la fille, qui nettoie le corps fatigué du client avec des litres mousses de savon, avant de plonger avec lui dans une énorme baignoire. La fille a dans la quarantaine; il est cependant toujours de dater les filles de joie, puisque leur peau et leurs attributs reflètent les petits outrages du temps bien plus rapidement que les autres femmes japonaises: le nombre de clients, les nuits blanches, ainsi que quelques maladies vénériennes leur donne un aspect plus mûr.

Quel genre de femmes travaillent dans les soapland? Les femmes qui veulent de l'argent facile travaillent comme hôtesse dans un kyabakura (cabaret-club); mais pour ce faire il faut savoir mener les hommes en bâteau, les faire consommer et les fidéliser; en un mot, elles doivent être capable de discuter longuement. Beaucoup de Japonais pensent que parmi les femmes qui veulent du Louis Vuitton dans la minute, quelques unes n'ont pas les moyens intellectuels ou sont trop timides pour faire parler les clients et paraître pétillante; ce sont elles qui travaillent dans les Fashion Health et les soapland. La vie est cruelle: si tu es trop timide pour parler avec un client, le sucer sera plus facile. Logique japonaise; l'intellect nippon est exotique, mais finalement assez simple à comprendre. Leur timidité (comme ils aiment à appeler leur paralysie affective) et leur conception consumériste de la vie amoureuse donnent aux femmes japonaises les moyens de faire des choses extraordinaire.

5 commentaires:

  1. Quel tissu de conneries !

    RépondreSupprimer
  2. N'importe quoi ! Moi j'ai fréquenté les soaplands au Japon et ce que tu racontes contribue à alimenter la fantasmagorie populaire franchouillarde, ça me donne envie de vomir.
    Je suis cependant admiratif du temps que tu emploie à rédiger des inepties aussi longues.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour.
    J'ai un blog sur des ronds-points:
    http://trobenet.canalblog.com
    Je cherche des amateurs de photos pour prendre des rond-points.
    Mon mail, en pièces jointes.
    jlk.dustade@wanadoo.fr
    Cordialement.
    Jean-Louis.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis là aussi pour partager un lien (mon site), mais à propos des soaplands (désolé, pas de rond-point chez moi). Celui-ci est toutefois abandonné et forcément très glauque: http://www.meow.fr/queen_chateau_soapland_haikyo

    RépondreSupprimer